L’auteure

DSC_0669

Je m’appelle Isabelle Filin. Je suis monitrice éducatrice, éducatrice scolaire dans un Institut Pédagogique, Éducatif et Thérapeutique spécialisé dans les DYS, et formatrice auprès de moniteurs éducateurs dans une école européenne d’intervention sociale.

Je suis passionnée par le secteur de l’enfance dans le secteur de l’éducation spécialisée (enfance en danger, difficulté dans les apprentissages, phobie scolaire, harcèlement, troubles de l’attention, hypersensibilité, troubles de l’attachement etc.). J’accorde une importance toute particulière à l’éducation relationnelle et émotionnelle, auprès des enfants et de leurs familles, ainsi que des étudiants que j’accompagne.

Mon parcours

Bercée au sein de l’éducation populaire, je suis devenue à 17 ans animatrice auprès d’enfants dans un mouvement de scoutisme laïque.
J’ai ensuite porté différentes casquettes, toutes plus enrichissantes les unes que les autres: animatrice éclaireuse de France, baby-sitter, animatrice en théâtre et soutien scolaire en centre socio-culturel, éducatrice à domicile auprès de famille en difficulté, éducatrice auprès d’enfants avec des troubles du comportement en ITEP, directrice de séjours pour des jeunes en situation de handicap intellectuel, nanny sur Central Park Avenue à New York, éducatrice en foyer d’urgence dans la protection de l’enfance et éducatrice auprès d’enfants avec des troubles de l’apprentissage oraux et écrits.

Des expériences de bénévolat m’ont également permis de m’épanouir : bénévole auprès d’enfants vivant dans la rue ou en brousse au Bénin, chez SOS hépatites Alsace, Oxfam, Alternatiba et actuellement chez Activ’Action, qui permet aux personnes sans emploi de rebondir positivement.

Artiste et touche à tout dans l’âme,  j’ai papillonné dans les arts plastiques, j’ai chanté sur scène dans des groupes (reggae et soul), j’ai fait beaucoup de danses de couples (salsa-bachata-kizomba), et je fais du théâtre d’improvisation. J’aime la diversité.

La curiosité, qui n’est pas toujours un vilain défaut, m’a poussée en direction d’intérêts divers, qui influencent ma pratique professionnelle :

  • Les réseaux sociaux et leurs influences
  • La psychologie et les thérapies dans le courant humaniste
  • La systémique
  • L’intelligence émotionnelle
  • Les pédagogies alternatives et les apprentissages autonomes
  • Les neurosciences dans l’éducation
  • La communication bienveillante et la gestion de conflit
  • La prévention et l’information sur le thème de la vie affective et sexuelle

J’aime aussi la cuisine gastronomique, le dessin, les spectacles humoristiques (type Jeremy Ferrari ou le chinois marrant), les documentaires sociétaux, voyager et les séries sur Netflix.  Je suis une hyperactive d’apparence très calme (avec des gros points communs avec les adultes TDAH, dyspraxiques, hypersensibles, zappeurs, multipotentiels etc.).

Pourquoi ce blog ?

Une envie de partager des outils, des réflexions, des coups de cœur, et de témoigner du métier d’éducateur, pour le faire connaître.

Ce qui me porte, c’est d’explorer le potentiel des jeunes que j’accompagne, afin de les valoriser, leur redonner confiance en eux, leur permettre de mieux se connaitre et d’améliorer leurs relations aux autres.

Je crois qu’au delà des actions, du visible, il est plus que nécessaire de revenir à l’analyse approfondie de nos pratiques , afin d’étudier et d’expérimenter des alternatives, d’innover et d’avancer avec cette génération hyperconnectée.

Je crois aussi qu’il est indispensable  de s’occuper de son propre enfant intérieur pour être mieux avec soi-même et donc mieux avec ceux que l’on accompagne. Faire du développement personnel ou une thérapie me semble aujourd’hui essentiel pour pouvoir bien exercer.

C’est le « comment faire mieux demain » qui m’importe.  Je suis engagée et militante à ma manière, à travers cette vision et à travers ce blog.

Une éducation connectée ? Ça veut dire quoi ?

Cette vision de l’éducation peut paraître utopique, et loin de moi l’idée de cacher que tendre vers celle-ci au quotidien est difficile et chronophage. Les réalités qui nous entourent (politiques, moyens alloués, contexte socio-culturel) nous compliquent la tâche, et nous essayons tant bien que mal de garder la tête hors de l’eau.

Néanmoins, seule cette éducation humaniste et bienveillante, qui aboutit à des relations plus apaisées et plus respectueuses, et à un travail social plus efficace, nous permettra d’essayer d’accompagner au mieux les générations futures. 

Une éducation  connectée aux émotions (de l’autre et des siennes), connectée à son environnement et connectée à la réalité sociétale. 

Pour me contacter : filin.isabelle@hotmail.fr

image