Educateur ? Mais tu fais quoi en fait ?

oie_1416729cNDQDG493

Je suis éducatrice auprès d’enfant qui vivent dans un foyer, en accueil d’urgence. Et lorsqu’on me demande de décrire ce que je fais comme travail, c’est plutôt difficile de répondre. Aucun jour ne se ressemble, ni dans l’ambiance, ni dans le quotidien.

Alors est ce vraiment possible de répondre au fameux « tu fais quoi en fait ? » 

Là où je suis on accueille des enfants,  à la suite d’une décision judiciaire (la procédure est bien expliquée ici). Et pour vous raconter ce que je fais, je pourrais vous parler d’eux, de ces enfants et…

De la tristesse de celui qui vient d’arriver et qui voudrait rentrer chez lui, car c’est dur de déménager dans une maison dont on ne connaît ni le fonctionnement, ni les habitants.

De la bouffe qui « est trop trop bonne », les jours de pizza, et de celle qu’est « dégueulasse ».

Des câlins que certains ont à donner à la pelle, de la « juste distance éducative » qui n’existe pas. 

De ceux qui fuient ton regard, et de ceux qui se jettent dans tes bras quand tu prends le service. 

Des coups de colère, des chaises qui tombent, des insultes et des bagarres, de moi qui hier encore était une « sale puuuuuuute », avant d’être une « tu me lis une histoire ? »

De la paperasse qui n’en finit pas, et des protocoles nécessaires mais submergeants. 

De ceux qui ont subi la violence physique ou psychologique, une violence difficile à entendre, violente à écrire, violente à penser.

De ceux qui écoutent Juul, Gras dur et  Violetta. 

De ceux qui te demandent de mettre du Michel Sardou ou du  Calogero sur leur lecteur MP3, et que tu bénis d’écouter autre chose que Juul, et du gras dur.  

Du jeune qui n’a pas laissé tous ses papiers de gâteaux par terre, de l’autre, qui ne les as pas laissé non plus, parce que « c’est pas moiiiii », c’est personne en fait, comme le jeu qui n’est pas rangé, le dentifrice qui a coulé et le reste. 

De l’angoisse d’un changement de foyer, ou de la délivrance. De l’angoisse  de rentrer à la maison, ou de la joie extrême. 

De l’intolérance à la frustration.

Des enfants avec qui tu te marre bien souvent et qui t’apprennent tant de choses. 

Des fêlés (ébréchés mais pas fous) en souffrance, avec la soif d’avancer quand même, et qui ont de sacrés potentiels (oui TOUS), lorsqu’on veut bien s’y pencher.

Des paroles, des récits, des confidences, des coups dans les murs, des larmes, des repas, des cris, des éclats de rire,  de l’eau partout dans les douches, du soleil, des silences, des activités géniales et des « c’était nul », des regards, des devoirs, des goûters, des « bonne nuit », des « si si tu vas aller à l’école », des sourires, des chansons, de la pluie, des bonbons…

Mis à part des jeunes, je pourrais aussi vous parler des écrits, des rapports, des transmissions, des partenaires, du téléphone qui sonne, des parents, des familles, des collègues, du travail d’équipe, de la formation, des juges, des psys…

Mais finalement, je vous laisse avec cette vidéo qui parle d’elle-même :

2 réflexions au sujet de « Educateur ? Mais tu fais quoi en fait ? »

  1. Bonjour, je suis éducatrice spécialisée depuis …..bien longtemps ….à 54 ans l’idée m’a pris de finaliser une licence science de l’éducation afin de transmettre à bon escient et sans redondance mon expérience . Je reste curieuse et dans le partage et ce blog m’appairait dynamique et accessible à de futurs travailleurs sociaux tout comme à ceux qui sont dans l’action . Est -il possible sous couvert de votre supervision d’y déposer un bref article réflexif sur les attitudes éducatives ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *